• 03 74 95 10 84
22 septembre 2015 La Chouette Créative

Un graphiste doit-il se spécialiser ?

Un graphiste doit-il se spécialiser ? Depuis que j’ai débuté en freelance je me pose cette question, c’est en effet un grand débat. Il y a des raisons pour lesquelles j’ai envie de dire que oui, et d’autres pour lesquelles je réponds non. Voici cela en détails.

C’est quoi un graphiste polyvalent ?

Un graphiste polyvalent, selon moi, est avant tout un graphiste curieux. Tout ce qui tourne autour de son métier l’intéresse naturellement. Je pense à l’imprimerie, au développement, au marketing ou encore au référencement. Curieux et créatif, le graphiste apprend sans cesse et il devient donc fatalement polyvalent. Le but étant également de répondre aux demandes des clients de manière optimale. En effet, aujourd’hui, il ne me viendrait plus à l’esprit de ne pas proposer d’optimiser mes sites pour le référencement naturel. J’essaye également de donner des conseils marketing, ou de développer des stratégies de communication sur les réseaux sociaux.

C’est quoi un graphiste spécialisé ?

Et bien je ne sais pas ?… On me demande souvent si je fais plutôt du papier, de la charte graphique ou du web ? Je fais tout, et même plus…
Pour ma part, je pense qu’un bon graphiste sait travailler sur tous les supports de communication. Son travail est de composer des « espaces graphiques » à l’aide de typographies, de formes, couleurs, visuels etc. Aussi, même s’il faudra que le graphiste s’adapte aux contraintes techniques des différents supports, la partie créative reste la même. Quelques que soit le support, le travail du graphiste consistera à véhiculer un message, une émotion, des valeurs, par le biais d’un équilibre visuel.

Connaître ses limites

Un graphiste est donc spécialisé dans son domaine : La création graphique. Il peut toutefois être capable d’optimiser le site pour son référencement, de donner des conseils marketing, d’intégrer un site ou encore de rédiger des textes simples. La polyvalence permet une grande autonomie.
En revanche, un graphiste efficace connaît ses limites et apprend donc à déléguer lorsque c’est nécessaire.
Dès que ça se complique un peu, que les demandes deviennent très spécifiques, le graphiste n’hésite pas à s’entourer de développeurs, de rédacteurs, de référenceurs. Lorsque les projets ont de l’ampleur, une équipe est souvent plus efficace qu’une personne seule. Il y a peu de temps, un ami à moi a cru bien faire en me présentant au chef d’entreprise d’une PME, qui véhicule 5 millions de chiffre d’affaires via un site e-commerce. Ce chef d’entreprise travaille avec une agence, dans laquelle il y a une vingtaine de spécialistes : webdesigners, référenceurs naturels, spécialistes de Google analytics, etc. J’ai naturellement conseillé à ce chef d’entreprise de continuer à travailler avec cette agence, car moi seule, je ne peux être aussi performante qu’une équipe complète.

Une approche du métier pour conclure

A la question : Un graphiste doit-il se spécialiser ? Je réponds oui, un graphiste est spécialisé dans la conception graphique.
Un graphiste doit-il être spécialisé sur un support ? La je réponds non. Car en dehors de certaines contraintes techniques, l’objectif est le même : communiquer un message visuel.
Un graphiste doit-il être polyvalent ? Je pense qu’il est nécessaire aujourd’hui de connaître les bases des métiers qui l’entourent. Des bases en développement, des bases en référencement, en marketing, me semblent être un plus, et permet de mieux conseiller le client. Cela permet aussi de bien s’entourer lorsque les demandes sont complexes ou spécifiques.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire